Leonardo CrudiLeonardo Crudi est né à Rome en 1988. Autodidacte, à l’âge de 13 ans il découvre le monde du street art et des graffitis. Dans cette phase de “formation de rue” il apprend à construire des images bidimensionnelles et à associer les couleurs, ce qui le porte à s’intéressser à une représentation à cheval entre abstraction et art figuratif. A partir de 2012, il s’est dédié à la production de ses premières oeuvres sur papier, inspiré des éléments géométriques, de l’art calligraphique des graffitis et, concernant le côté réaliste de ses travaux, aux plans du cinéma néoréaliste italien. Ses outils d’expression sont le stylo et les émaux, en associant le trait graphique avec les aplats de couleur uniformes. En 2014, il décide d’approfondir le leg de Renato Mambor (1936-2014) et perfectionne donc la bidimensionnalité spatiale en introduisant dans ses compositions des silhouettes de travailleurs. A partir de 2015, Leonardo Crudi va développer son étude du cinéma d’avant-garde soviétique, suite à l’émerveillement éprouvé en regardant le “Montage des attractions” de Ėjzenštejn. Successivement, il va s’inspirer des la peinture et la photographie du Suprématisme, du Constructivisme et du Futurisme russes, et va réélaborer les principes de Rodčenko, El Lissitzky et Malevič. Ce qui l’attire c’est la possibilité d’unir art figuratif et abstrait dans un langage capable de véhiculer des contenus éthiques et politiques. Dans sa vision, l’artiste se doit de s’engager activement dans le processus de transformation de la société contemporaine.